Cardionoise : nuisances sonores en agglomération et effets cardiovasculaires

cardionoise hypertension artérielle transport ville bruit nuisances sonores

Le projet Cardionoise consiste en l’étude du lien entre l’exposition au bruit des transports routiers et leur incidence sur l’hypertension artérielle (HTA). Un projet prometteur pour la santé des individus en agglomération !

Nuisances sonores des transports en ville et effets cardiovasculaires

La pollution sonore est reconnue depuis longtemps comme un problème de bien-être et de qualité de vie. En effet, elle est devenue préoccupante pour la santé, en particulier en zones urbaines, comme le souligne le récent rapport de l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE, 2015). Parmi les conséquences sur la santé de ces nuisances sonores, les effets cardiovasculaires sont au premier plan.

Une estimation montre que l’exposition au bruit ambiant contribuerait à 10 000 décès prématurés par an. Ceux-ci sont notamment liés à des arrêts cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. Près de 90 % des effets sur la santé en rapport au bruit sont liés aux nuisances sonores du trafic routier. Et ce n’est pas tout ! Des études épidémiologiques récentes ont en effet montré une augmentation de l’incidence d’infarctus du myocarde liée aux nuisances sonores dues au trafic routier.

Hypertension artérielle (HTA), un facteur de risque

L’hypertension artérielle (HTA) est le principal facteur de risque de morbidité et de mortalité dans le monde. Il s’agit d’un facteur de risque majeur pour les maladies cardiovasculaires telles que l’athérosclérose, l’infarctus du myocarde, l’insuffisance rénale, les accidents vasculaires cérébraux.

Il est toutefois difficile de savoir si les nuisances sonores liées au trafic et la pollution urbaine agissent de façon synergique. C’est dans ce contexte qu’un projet de recherche visant à établir un lien direct entre l’exposition au bruit et l’hypertension artérielle a été lancé : Cardionoise.

Cardionoise : projet de recherche pour la santé

Le projet de recherche a permis de développer un modèle expérimental pertinent. Il étudie le lien entre l’exposition au bruit des transports routiers et leur incidence sur l’hypertension artérielle (HTA). Ainsi, Cardionoise soutient le développement d’un protocole médical luttant contre les effets cardiovasculaires des nuisances sonores liées aux transports en agglomération.

Ce projet a été réalisé en partenariat entre le CEVAA (Groupe 6NAPSE), l’Université de Rouen NormandieABTE/Toxemac et l’UFR de Médecine et de Pharmacie Inserm.

 

Reproduction de bruits routiers

Fort de 20 ans d’expérience dans le domaine de la mesure et de la simulation vibro-acoustique, le CEVAA a été contacté par l’Université de Rouen. Le CEVAA prend ainsi en charge l’ensemble de la prestation acoustique de ce projet.

Cette dernière s’étend de la reproduction de signaux de bruits routiers jusqu’à leur diffusion. Un large panel de compétences du domaine de l’acoustique ont donc été employées : traitement du signal / choix de matériel de diffusion approprié à l’application / mesures microphoniques.

En outre, les signaux émis devant correspondre à ceux répertoriés par la norme NF S 31-057 (niveau par gamme de fréquence). Cependant, la mesure de signaux routiers en zone urbaine se trouvait être trop aléatoire pour être envisageable.

Essais expérimentaux et simulation

Un logiciel de génération de signaux a alors été utilisé afin de créer des signaux. Il modelait aussi leur contenu fréquentiel de sorte qu’ils respectent la norme. De plus, des automatisations d’évolution de volume ont également été implémentées dans le but de simuler les passages des véhicules.

Une fois ce signal généré, une attention toute particulière a été placée sur le choix du matériel. Celui-ci permet ainsi de reproduire fidèlement les ondes acoustiques souhaitées (bande passante optimale / courbe de réponse uniforme en fréquence).

Finalement, l’ensemble de ce matériel a pu être positionné dans les zones de tests et des mesures microphoniques ont été effectuées. Ces mesures visaient à contrôler le fait que le contenu du signal diffusé correspondait au signal généré numériquement.

Reconnus, les travaux ont été validés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire – Anses. Les résultats obtenus au cours de cette étude de faisabilité posent le cadre d’un futur projet. Celui-ci visera l’étude des mécanismes d’actions liés au bruit sur l’activité cardiaque, et l’effet synergique de la pollution atmosphérique.

Vous désirez en savoir plus sur le projet ?
Contactez le CEVAA : cevaa@groupe-6napse.com